Quel statut juridique choisir pour la création d’une entreprise ?

Le choix du statut juridique est une décision importante quand on veut créer une entreprise. Les créateurs ou les personnes qui reprennent une entreprise sont confrontés à cette problématique mais il existe une solution adaptée à chaque situation. Quand on décide de fonctionner seul, le statut d’EI ou d’EIRL peut être adapté.

Entreprenariat : critères de choix en matière de statut juridique

Pour donner une existence légale à une entreprise, son créateur faire le choix d’un statut juridique. Aujourd’hui de nombreux candidats à la création d’entreprise optent pour le statut d’Auto-Entrepreneur, AE, qui est simple et avantageux. Lorsque l’on souhaite travailler en indépendant, on peut également choisir le statut d’EI (Entreprise Individuelle), d’EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée), d’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) ou encore celui de SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle). Le statut d’EURL ou de SASU est intéressant car il permet d’ajouter des associés sans pour autant devoir apporter de modifications importantes aux statuts existants.

Structures d’entreprises les plus répandues

Certains porteurs de projet décident dès le départ de prendre plusieurs associés pour créer une entreprise. La SARL (Société A Responsabilité Limitée), la SA (Société Anonyme), la SAS (Société par Actions Simplifiée) ou encore la SEL (Société d’Exercice Libéral) comptent parmi les statuts juridiques les plus couramment utilisés par les créateurs d’entreprise. Avant de fixer le cadre juridique d’une nouvelle entreprise, il est important de bien se renseigner sur les contraintes juridiques que la décision va impliquer pour le porteur d’un projet et ses associés, s’il décide de fonctionner à plusieurs.

Les conséquences sur le patrimoine personnel

Pour choisir le statut juridique de son entreprise, il ne faut pas oublier de prendre en compte les éventuelles conséquences sur le patrimoine personnel. Certains statuts comme l’EI, l’EURL, EIRL ou d’autres ne sont pas sans effet sur le patrimoine personnel dans le cas où l’entreprise se trouverait en situation financière délicate. Le dirigeant d’entreprise, qu’il ait ou non des associés, doit toujours veiller à ce que le patrimoine familial ou celui de son conjoint soit préservé en cas de difficulté de paiement ou de faillite. La SARL est un statut avantageux car le dirigeant est considéré comme un salarié et peut ainsi bénéficier de l’assurance chômage, de la retraite et de l’assurance maladie. Chaque statut juridique a ses pour et ses contre et aucun d’entre eux n’est parfait, raison pour laquelle il est important de faire le bon choix